Vous êtes ici : Sommaire > Les profs mettent en ligne > Français > L’autobiographie
Par : M.GALLET
Publié : 15 janvier 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

Les genres littéraires

L’autobiographie

" L’autobiographie, qui paraît au premier abord le plus sincère de tous les genres, en est peut-être le plus faux. " Albert Thibaudet

I Définition

L’étymologie grecque permet de définir le genre : "graphein" signifie "écrire", "bios" désigne "la vie" et "auto", "pour soi". L’autobiographie est donc le récit que fait un auteur de sa propre vie.

II Caractéristiques

Importance du “Je”

L’auteur, le narrateur et le personnage principal sont la même personne. C’est ce qu’on appelle la triple identité.

Le point de vue est interne (donc subjectif) : c’est l’auteur qui raconte ses souvenirs, ce que lui a vécu. Le récit est donc fait à la première personne.

Deux “je” coexistent : celui du moment de l’événement raconté, de l’enfance, d’hier et celui du moment de l’écriture, d’aujourd’hui.

L’autobiographie a un double destinataire : soi-même et le lecteur.

Mémoire et sincérité

Tout ce qui est raconté est présenté comme vrai. L’auteur s’efforce d’être sincère. Mais les années qui ont passé entre le moment où les événements ont eu lieu et le moment où l’auteur les raconte font que les souvenirs peuvent être déformés ou incomplets. Si vous-même vous cherchez à narrer un événement qui s’est passé il y a trois mois, il n’est pas sûr que vous puissiez le restituer dans toute sa vérité !

Tout n’est pas raconté : l’auteur fait une sélection parmi ses souvenirs. Cette sélection a un sens par rapport à l’image qu’il veut donner de lui-même, à son projet autobiographique.

Le rapport au passé

Le texte fait alterner récit et analyse. L’auteur reconstitue son passé, il le reconstruit. Il analyse aussi ce qu’il a été : selon les cas, au moment de l’écriture, l’auteur peut s’identifier au “je” d’autrefois en revivant les émotions d’alors ou au contraire, il peut prendre du recul en ayant une vision critique sur ce souvenir.

Jeu des temps

Les deux systèmes de temps peuvent être utilisés :

- le temps de l’écriture est ancré dans la situation d’énonciation : l’auteur utilise le système du présent (temps de base : le présent d’énonciation) pour faire des commentaires.

- le temps du souvenir (passé) est plus ou moins éloigné de la situation d’énonciation : quand l’auteur veut marquer que le souvenir est lointain, quand il veut prendre ses distances, il utilise les temps du passé (passé simple) ; quand il veut au contraire garder une impression de proximité, il utilise les temps ancrés dans la situation d’énonciation (passé composé)

III Les sous-genres et les genres proches

Sous-genres

Les mémoires : l’auteur sélectionne dans sa vie les événements liés à l’Histoire dont il a été témoin ou acteur. Il y a peu de place pour sa vie personnelle. L’auteur donne sa vision personnelle de l’Histoire. Exemple : Les Mémoires d’Outre-Tombe de Chateaubriand.

Le journal intime : texte écrit jour après jour, secret, sans projet de publication. Le seul destinataire est l’auteur lui-même. L’auteur raconte avec sincérité les événements de sa vie, les analyse à chaud et donne ses impressions. Exemple : Le Journal d’Anne Frank

Le blog, qui peut remplir la fonction du journal intime, est beaucoup plus ambigü, car son auteur s’adresse à lui-même et à quantité de lecteurs potentiels, à condition que le rédacteur ne verrouille pas l’accès.

Si on ajoute que les destinataires ont la possibilité de réagir en postant des commentaires, on peut s’interroger sur la fonction d’une telle démarche : s’agit-il de partager une expérience, d’être entendu, reconnu ? n’y a-t-il pas un aspect narcissique dans cette entreprise ?... En tout cas, on constate que les évolutions technologiques ont modifié les pratiques d’écriture : l’autobiographie en constitue un exemple saisissant.

Genres proches

La biographie : récit de la vie d’une personne célèbre fait à la 3ème personne et rédigé par un auteur autre que cette personne. L’auteur fait des recherches sérieuses, se documente, vérifie les éléments. Dans une biographie romancée, l’auteur privilégie le sensationnel plutôt que la vérité.

Les lettres  : les échanges de lettres permettent aussi de reconstituer la vie de quelqu’un.

IV Les intentions de l’autobiographe (mais pourquoi ce besoin de raconter ses souvenirs ?)

- Il s’agit de laisser une trace de sa vie et de lutter contre l’écoulement du temps et l’oubli : l’auteur est le sujet de son livre.

- L’auteur cherche à donner de la cohérence à sa vie en l’écrivant et en lui donnant la forme d’un récit. On peut écrire pour se justifier. Ou écrire pour analyser sa propre évolution, pour mieux se connaître en analysant qui on a été et ce qu’on a fait.

- L’auteur veut témoigner de son expérience : celle-ci est assez importante pour apprendre quelque chose aux autres hommes. Il peut vouloir informer ou dénoncer.

V Les fausses autobiographies (attention au mensonge !)

Certains récits présentés comme des autobiographies sont en fait des fictions. Tout ou presque y est inventé. Ainsi, on peut trouver de faux journaux intimes, de faux souvenirs, de fausses lettres.

Il peut aussi arriver que l’auteur s’inspire de sa vie pour en faire une fiction. Certains faits sont vrais, d’autres sont transformés, d’autres sont inventés.

Quand un récit est écrit à la première personne, il faut toujours se demander s’il s’agit d’un récit autobiographique (vrai, ou présenté ainsi par l’auteur) ou bien d’une fiction (d’un récit inventé).

Si le récit est autobiographique, il faut s’interroger sur les raisons pour lesquelles l’auteur raconte sa vie.

Pour terminer, quelques classiques de l’autobiographie à connaître (la liste n’est pas complète). Certaines oeuvres sont plus difficiles à lire et sont signalées d’un signe "+".

* Vipère au poing - Hervé Bazin. Récit poignant d’un enfant maltraité par sa mère, surnommée Folcoche.

* Mémoires d’une jeune fille rangée - Simone de Beauvoir (+). La célèbre philosophe et romancière, compagne éternelle de Jean-Paul Sartre et ardente féministe, raconte les vingt premières années de sa vie.

* Moi, Boy - Roald Dahl. L’autobiographie du célèbre auteur de Charlie et la chocolaterie.

* Mémoires de guerre - Charles de Gaulle (+). Un récit capital et superbement écrit sur la tragédie de la seconde guerre mondiale.

* Le petit Chose - Alphonse Daudet. Roman autobiographique inspiré par l’enfance de son auteur et la pauvreté dans laquelle il vécut.

* Journal - Anne Frank. Texte mondialement connu. Le bouleversant témoignage d’une enfant juive, cachée avec les siens à Amsterdam, et finalement victime de la barbarie nazie.

* Un sac de billes - Joseph Joffo. L’histoire d’un garçon juif durant seconde guerre mondiale qui, pour fuir le nazisme, est amené à traverser la France.

* Si c’est un homme - Primo Levi (+). Le témoignage d’un homme déporté dans le camp d’extermination d’Auschwitz. Un récit capital, là encore.

* La Gloire de mon père - Marcel Pagnol. Un des classiques de l’autobiographie contemporaine. L’écrivain y raconte son enfance en Provence.

* Le Château de ma mère - Marcel Pagnol. Suite des aventures du petit Pagnol. A lire également Le temps des secrets et Le temps des amours (posthume).

* Les Confessions - Jean-Jacques Rousseau. La première autobiographie française. Rousseau y raconte sa vie, pour répondre aux attaques dont il a été l’objet. (+)

* Les Mots - Jean-Paul Sartre. L’autobiographie du célèbre écrivain-philosophe, organisé autour de deux partie (Lire/Ecrire). Comment petit Jean-Paul devint grand Sartre... (+)

* Enfance - Nathalie Sarraute. Sarraute, célèbre écrivain du Nouveau Roman, expérimente une autre façon de raconter sa vie et présente son récit sous la forme d’un dialogue. (+)

* Persépolis - Marjane Satrapi. L’autobiographie version bande dessinée. L’auteur retrace les étapes marquantes qui ont rythmé sa vie, de son enfance à Téhéran (Iran) à son entrée (difficile) dans la vie adulte.

* L’Écriture ou la Vie - Jorge Semprun. Un autre témoignage bouleversant. Son auteur a été déporté au camp de concentration de Buchenwald. Il raconte. (+)

* L’Enfant - Jules Vallès. Roman autobiographique. A travers ce récit, Vallès évoque son enfance pauvre et malheureuse, qui fit naître en lui un sentiment de révolte.

Les réactions à la phrase initiale de Thibaudet sont les bienvenues ! Vous pouvez les mettre en ligne sous la forme d’un paragraphe argumentatif (d’accord/pas d’accord), avec des références précises.